Sitôt quitté le cocon familial pour voler de nos propres ailes, s’offre parfois à nous un dilemme cornélien. Bon, peut-être pas directement. Au départ, la simple idée de goûter à une totale liberté suffit à combler notre excitation. Puis la réalité nous rattrape : liberté rime malheureusement avec prise de responsabilité… et de décisions ! Et la première d’entre elles est la suivante : location ou colocation ? Arghhhhh. Difficile de faire pencher la balance d’un côté ! Et pourtant : c’est l’heure du match, que dis-je du classico vie en solo vs. coloc !

  

Les tâches ménagères

tumblr_mpox7zA3vx1rpcvndo1_400

On ne va pas se le cacher : vivre seul convient à tous les profils. Le plus cracra d’entre vous se complaira dans ce qu’il nommera affectueusement son « bazar organisé », fermant volontiers les yeux sur les moutons et emballages divers qui traînent sous le lit (et ailleurs). Les plus portés sur l’hygiène et l’ordre admireront avec fierté leurs bibelots parfaitement alignés sur leur étagère, et se féliciteront de l’absence de couverts sales sur la table basse du salon.

C’est bien tout ça, mais quand on vit seul, on se retrouve quand même à nettoyer certaines choses que l’on pourrait déléguer à d’autres au sein d’une coloc (au hasard : les toilettes). Et on ne peut s’en prendre qu’à soi-même quand l’appart devient une menace pour la santé publique. En coloc, par contre, si (et seulement si) chacun est prêt à y mettre du sien, le temps de ménage est divisé par le nombre de colocs (grâce à la formule suivante : (ménage total / nombre de colocs) x nombre de salles de bains + nombre de couverts sales – temps passé à délirer entre colocs).

Bilan : égalité !

La propreté

tumblr_nf5knc47881ssbvp5o1_400

D’aucuns argueront que la frontière avec la catégorie du dessus (les tâches ménagères) est mince. Certes, oui mais non. Là, on ne parle pas du grand ménage de printemps ou des velléités de dépoussiérage qui vous animent de temps à autre, mais de l’état général de votre appart un soir de milieu de semaine.

Côté vie en solo, on a la vaisselle du petit déj et du dîner de la veille dans l’évier, un lit défait et quelques vêtements en boule dispersés dans la chambre. Au pire, si vous avez entamé une grève du respect du ménage, vous pouvez vous rassurer en vous disant que c’est vos microbes, et chacun sait que vos microbes sont plus propres que ceux des autres.

Côté coloc, on a la vaisselle du petit déj et du dîner de la veille dans l’évier… x le nombre de colocs, mais aussi celle du déjeuner du coloc n°3 qui ne travaillait pas aujourd’hui, et celle du pote qu’il a invité à l’occasion. Mais aussi les restes de l’apéro du week-end dernier que personne ne s’est résolu à nettoyer, et qui a donné lieu à une sorte de guerre froide tacite qui ne prendra fin que lorsque l’un de vos camarades se sacrifiera pour le groupe en empoignant un grand sac poubelle.

Bilan : avantage vie en solo !

 

Les dépenses

tumblr_nbora3casw1qg488xo1_500

Il est de notoriété publique que la coloc permet de louer plus grand et moins cher grâce au partage des frais. Les amateurs de cocons douillets et surchauffés feront de leur chambre leur havre de paix, tout en pouvant profiter, une fois la porte dudit cocon franchie, d’un frigo pouvant contenir plus de 3 yaourts. Alors, même si cela implique de faire le deuil de la gestion de la cuisson des pâtes tout en prenant sa douche, faire plus de deux pas pour aller du lit au lavabo, c’est bon pour se maintenir en forme.

Au niveau des courses, la coloc vous autorisera l’achat du pack de 10 steaks hachés en promo au rayon frais. Seul, vous aurez le sentiment de faire la petite folie de la semaine en cédant aux sirènes d’un yaourt à boire individuel.

Bilan : avantage coloc !

La liberté

tumblr_nkssp1mULf1szhqh3o1_500

Ah, la liberté. C’est beau d’être libre de rester autant de temps qu’on veut dans la salle de bains, de défier les lois de la pudeur à toute heure du jour et de la nuit, d’empester l’appartement parce qu’on a décidé de manger une raclette au petit-déj, et de rester scotché devant une émission de télé-réalité en replay un soir de match.

C’est beau oui, mais bien plus facile quand on vit seul qu’à plusieurs ! Côté coloc en effet, chaque minute passée dans la salle de bains est comptée, les places sur le canapé partent au shotgun et il peut être mal vu de ramener une dizaine d’amis à poursuivre la soirée dans l’appart quand votre coloc n°2 a décidé de se coucher à 21h, parce que « tu comprends c’est le SEUL soir où je peux rattraper le sommeil que j’ai en retard depuis deux mois ».

Bilan : avantage vie en solo !

L’ambiance

tumblr_nvvrnuNeQ61roqjcpo1_500

Nul besoin de s’épancher sur cette catégorie. Si vous choisissez vos colocs avec précaution et êtes ouvert au compromis, la coloc vous sauvera du blues du dimanche soir, vous ouvrira à de nouvelles rencontres (« les amis de mes amis sont mes amis », qu’ils disent) et vous évitera bien des pannes de réveil. Si en plus vos colocs savent cuisiner, vous avez décroché le gros lot !

Bilan : avantage coloc !

 

Fin du match : Finalement, on se quitte sur un score de parité. Vie en solo ou en coloc, aucune des deux n’a réussi à prendre le dessus. Il y a du (très) bon à prendre des deux côtés ! Pour savoir ce qui vous convient le mieux, il n’y a plus qu’à tester les deux.

 

A propos de l'auteur

Related Posts

Pas de résultats.

Laisser un commentaire